La recherche d’un nouveau chez soi peut sembler compliquée à l’ère actuelle. Finie la belle époque des colons, où il suffisait de tomber sur une clairière défrichée, planter un piquet de bois dans le sol et déclarer cette terre sa propriété familiale. Finie la belle époque de la bourgeoisie où vos parents vous léguaient un vaste domaine en héritage (aujourd’hui, tout ce qu’ils vous lèguent, c’est une collection de timbres et une prédisposition aux dents cariées).

Et parce que ce n’est pas dans votre boîte de céréales et guimauves que vous allez trouver un condo gratuit, vous avez probablement besoin de quelques conseils pour vous aider à devenir propriétaire sans avoir à dépenser 5 000 fois plus cher que ce que vous payez présentement. Croyez-moi, si vous connaissez bien les rouages de l’immobilier, il existe définitivement des moyens d’économiser sur cet achat si important.

1.  Planifiez vos finances

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, établissez un budget. Achetez un petit carnet, prenez des notes, dessinez quelques croquis et apportez le tout à la banque. Lorsque vous désirez obtenir un prêt, demandez le montant maximal que vous êtes prêt à payer. De cette façon, vous devrez négocier à ce prix ou moins. S’imposer une telle discipline s’avérera très utile lorsque vous commencerez à visiter des condos et que vous réaliserez soudainement que vous avez besoin de ce salon avec jacuzzi. Outre l’hypothèque, n’oubliez pas d’inclure dans vos dépenses les frais de clôture, de déménagement et de notaire ainsi que les droits de mutation immobilière.

2.  Achetez un condo qui n’existe pas

shutterstock_120272443

C’est exact: investir dans un gros échantillon d’air libre, un espace dans le ciel permet d'économiser! Lorsqu’un projet de développement de condos obtient le feu vert, le promoteur élabore des plans, établit des projections et crée une série de photos générées par ordinateur illustrant une bâtisse à l’aura luminescente, éclipsant du même coup tout autre édifice de la ville. Ces condos en « préconstruction » sont vendus directement par le promoteur lors d’un processus appelé « prévente ». En quoi cela vous fait-il économiser? Premièrement, acheter un condo en prévente vous permettra de payer votre acompte en versements. Pas de frais de condo, d’hypothèque, d’adhésion à un spa pour animaux, rien. Vous avez ainsi plus de temps pour épargner tout en ayant l’assurance que votre nouveau domicile et vous serez prêts à peu près en même temps.

Deuxièmement, votre propriété a des chances de prendre de la valeur. Si vous achetez l’un de ces condos de choix d’un promoteur de confiance, ceux-ci augmenteront très probablement en valeur et en attrait lorsque les gens entendront parler de ce développement prestigieux. Ainsi, non seulement vous aurez payé moins que ceux qui auront suivi la parade publicitaire et qui souhaiteront maintenant se joindre à la partie, mais si vous désirez vendre, l’effet de rareté vous assurera également un retour important sur votre investissement.

Cela dit, évitez d’acheter durant la semaine suivant le lancement du projet. Vous serez ainsi en mesure d’évaluer d’abord sa popularité. De plus, acheter une fois que le projet est vendu à 40 % est une bonne idée, car les promoteurs doivent habituellement écouler 50 % des unités avant de pouvoir commencer la construction. Naturellement, à ce stade, ils sont généralement très empressés de vendre.

À lire: Quel est le bon moment pour acheter?

À l’inverse, si vous êtes prêt à attendre jusqu’à la fin du processus et à acheter un des derniers condos, vous pouvez réaliser des économies significatives qui peuvent parfois dépasser les 10 %. Les unités restantes sont généralement tout simplement liquidées afin que le promoteur puisse amasser assez de capital pour commencer un autre projet.

3.  Obtenez une subvention municipale

Voici un super truc pas-si-top-secret : économisez de l’argent grâce au programme d’accession à la propriété de la Ville de Montréal dont vous pouvez bénéficier de deux façons. Tout d’abord, en recevant une aide financière et un remboursement sur votre taxe de bienvenue, dans certains cas. Tous les prix d'achat maximaux indiqués incluent les taxes et les extras.

Si vous êtes un seul acheteur, sans enfants, le prix de votre nouvelle propriété ne doit pas dépasser 200 000 $ pour obtenir le rabais de 4 500$. Si vous pouvez acheter une propriété à un prix supérieur à 200 000 $, vous n’êtes pas assez pauvre pour obtenir une aide financière: vous pouvez continuer à prendre des vacances aux Bahamas toutes les fins de semaine avec les Desmarais sans l’aide de la ville, merci beaucoup. Si vous êtes deux acheteurs ou plus, sans enfants, vous avez droit à un rabais de 4 500 $ si le prix d'achat maximal de la propriété est de 250 000 $ .

Si vous avez un enfant ou plus (comptez-les), vous avez droit à une somme forfaitaire de 10 000 $ si le prix d'achat maximal de la propriété est de 280 000 $. Vous aurez droit aussi à un remboursement complet de vos droits de mutation.

Si le logement convoité est un "logement pour famille" (selon la Ville de Montréal, c'est un logement comprenant au moins 5 pièces dont trois chambres à coucher fermées), le rabais est encore plus important si le prix d'achat maximal de l'unité est de 360 000$. Vous recevrez 10 000 $ pour un logement de 1 000 pieds carrés ou moins et 12 500 $ pour une unité de 1 000 pieds carrés ou plus. Vous aurez aussi droit à un remboursement complet de vos droits de mutation.

Quoi retenir? Utilisez le temps que vous prenez à économiser pour votre nouveau foyer pour également, euh, soulager votre stress en brûlant des calories tout en élargissant la petite famille! Ou adoptez. Peu importe le moyen: avoir des enfants = plus gros rabais.

Une autre leçon à tirer est de négocier votre prix en gardant en tête tous ces avantages que la ville vous offre. Par exemple, si vous avez un enfant et que vous vouliez recevoir la somme de 10 000 $, essayez de négocier le prix de votre domicile à moins de 280 000 $.

Dans tous les cas, le prix d’achat maximal est majoré de 2 500 $ lorsque le logement est certifié conforme au programme d’efficacité énergétique Novoclimat, ou de 5 000 $ lorsqu’il est conforme à la certification LEED. Vous ne voudriez pas que tous ces bébés que vous avez eus ne meurent d’un cancer de poumons dans 50 ans à cause de notre belle planète trop polluée? Vous voyez, tout est interrelié.

Il convient également de noter que le site Web officiel de la ville de Montréal indique que les ménages avec enfants qui bénéficieront de l’aide financière ont droit à six mois de transport en commun gratuit à l'achat d'une carte OPUS annuelle à tarif régulier (un titre gratuit par ménage). et à deux cartes Accès Montréal (qui donnent droit à une foule de rabais).

4.  Laissez tomber les aménagements de luxe

Vous n’avez pas besoin de toutes les options extravagantes offertes dans votre bâtisse. Vous pourrez ainsi économiser. Un exemple? Une piscine sur le toit. Elle aurait l’air d’un beau bol de soupe glacée aux feuilles mortes la moitié de l’année. Un gym? Ça ne ferait pas de mal à vos pieds princiers de marcher jusqu’au YMCA sur les mêmes humbles trottoirs qu’utilisent le peuple ordinaire. Une salle de projection? Achetez-vous une télé et invitez vos amis à la maison. Ou, notez bien, allez au cinéma. Un spa pour animaux. SPA POUR ANIMAUX?! Au secours.

À lire: Combien investir pour personnaliser votre nouvelle maison?

Voyez-vous ce qui se passe ici? De toute évidence, ne pas avoir de tels aménagements dans votre bâtisse vous pousserait certainement à passer le seuil de votre porte afin d’explorer votre quartier et vous faire de nouveaux amis. Et n’est-ce pas l’essence même de Montréal? Ici, personne ne reste tout le temps à la maison parce que, eh bien, ce serait ennuyaaaaant.

5. Le stationnement

shutterstock_37110178

Faire du « parking » en ville – romantique, n’est-ce pas? Eh bien, remplacez ces fantasmes d’adolescent surexcité par la réalité navrante de recevoir en pleine gueule une facture de 40 000 $ pour avoir droit à votre misérable petit espace de stationnement souterrain. Essentiellement, ce qui était autrefois le prix de vente de la ferme au grand complet de vos grands-parents… est maintenant dépensé sur des dalles de béton. Mais la bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas à payer cette somme. Laissez tomber la voiture. Vous n’en avez pas besoin. Montréal est une ville parfaite pour le transport en commun, le vélo ou la marche. Tout ce dont vous avez besoin est en général à une distance de marche. Et si vous devez vous rendre un peu plus loin, les autobus sont là pour vous faire disparaître où bon vous semble (vous pourrez même utiliser cette carte OPUS gratuite que vous avez eue parce que vous vous êtes reproduit). Vous vivez dans le Vieux-Port? Louez une calèche tirée par des chevaux! Vous n’avez besoin d’une auto qu’occasionnellement? Participez à un programme d’autopartage. Vous pourrez ainsi réserver une voiture en ligne ou par téléphone, passer la chercher et l’utiliser lors de vos virées à l’extérieur de la ville. Obtenez plus d’informations en cliquant ici : www.communauto.com ou www.car2go.com

À lire: Acheter un garage avec son condo?

Pour ceux qui refusent de se débarrasser de leur voiture parce qu’ils sont déterminés à nuire à tous ceux qui respirent aux alentours, vous pouvez simplement chercher un condo dont le stationnement est inclus dans le prix d’achat. Mais, chut, ce n’est pas moi qui vous l’ai dit.

6. Le quartier

shutterstock_89093137 (2)

Où voulez-vous vivre? Coin Saint-Laurent et Prince-Arthur? Ouf. Il va falloir freiner l’ardeur de vos rêves irréalistes et les plonger dans une tasse de café froid d’un petit resto de Saint-Henri, parce que c’est probablement dans ce quartier que vous allez vous retrouver.

Au moment de la recherche d’un bon quartier, le mantra à répéter inlassablement est équilibre, équilibre et équilibre. Souvenez-vous, nous avons déjà établi que vous n’auriez pas d’aménagements sophistiqués dans votre bâtisse. Vous voulez définitivement vivre dans un quartier où tout est accessible. D’un autre côté, vous ne voudriez pas vivre dans les quartiers les plus branchés parce que même s’ils renferment beaucoup de services, le coût de la vie y est aussi plus cher. Alors, comme vous pouvez certainement vivre sans avoir une piscine dans votre édifice, vous serez sûrement capable de vivre sans petits cafés végétaliens situés à chaque coin de rue.

Investissez plutôt dans un quartier qui est adjacent à un autre plus branché. Si vous investissez dans un des quartiers les plus populaires, ceux-ci stagneront au moment où leurs jours de gloires atteindront un « plateau ». D’autres endroits deviendront inévitablement plus actuels et attrayants aux yeux des nouveaux acheteurs. Par exemple, le Plateau est certainement dispendieux, alors que Rosemont—La-Petite-Patrie l’est moins et devient de plus en plus « hot », et ce, grâce aux promoteurs qui anticipent sa popularité imminente et qui y établissent leurs nouveaux projets de condos. Si vous ciblez une zone qui comporte beaucoup de nouveaux développements, vous pouvez alors comparer les prix et négocier avec les promoteurs en opposant les projets les uns contre les autres. Faites-vous désirer!

Griffintown jouit présentement d’une période d’essor sans précédent et les prix montent en flèche. Mais il est tout à fait possible que dans quelques années ce quartier soit tellement saturé en fait de condos que les promoteurs rivaliseront pour vous avoir. Si vous ne pouvez attendre jusque-là, le quartier Saint-Henri, qui jouit actuellement d’une croissance plus modeste, est beaucoup moins dispendieux. Logiquement, Saint-Henri sera le prochain quartier à attraper la fièvre immobilière. Tout est dans l’esprit d’être visionnaire. Alors, déménagez à Saint-Henri et en attendant, si vous voulez vous sentir branché, marchez les quatre pâtés de maisons jusqu’à Griffintown.

7. Les promotions

Vérifiez bien également les promotions et les ventes des constructeurs ainsi que toutes les phrases exclamatives présentes sur leurs sites Web. Celles-ci sont généralement bien en vue grâce à l’utilisation de polices grossières ou de majuscules du type « SEULEMENT 3 UNITÉS RESTANTES », « OBTENEZ 4 000 $ DE RABAIS! », « VENTE DE LIQUIDATION, ACHETEZ RAPIDEMENT! », « OBTENEZ GRATUITEMENT TOUS VOS APPAREILS ÉLECTROMÉNAGERS! ».

Parfois, les promotions incluent des ajouts, ce pour quoi il est bon de vérifier s’ils comprennent les appareils électroménagers, la climatisation et les toilettes (au cas où il n’y aurait qu’une bécosse commune à l’extérieur). Ces aspects peuvent peser grandement dans la balance. Parfois, les appareils ne sont inclus que si vous achetez le condo dans sa phase de prévente. Assurez-vous de savoir exactement ce que vous aurez pour votre argent. Vous pouvez économiser beaucoup si vous vérifiez avant que tout est inclus dans le prix d’achat.

8. Créez votre propre rabais

Certains promoteurs ne semblent pas vous offrir d’avantages? Osez. Soyez infidèle. Allez en rencontrer d’autres. Faites des offres à plusieurs entrepreneurs et montrez aux autres promoteurs les contrats et ententes préliminaires que vous avez réussi à obtenir. S’ils veulent vous garder, ils auront intérêt à baisser leur prix. Bientôt, ils se disputeront vos faveurs et vous pourriez être en mesure d’économiser jusqu’à 5 % du prix. Mais il ne faut pas vous arrêter là. Je veux des comptoirs en quartz, déclarez-vous: Un climatiseur! Un chemin de pétales de roses! Dites-leur ce que vous voulez et voyez à quel point vos faveurs sont importantes à leurs yeux. Vous pouvez sans hésiter négocier votre condo.

À lire: Comment bien négocier l'achat de votre condo.

9. Tic-toc

shutterstock_125643338

Le choix du moment est un facteur-clé en ce qui a trait aux hauts et aux bas du marché de l’immobilier. Il est préférable d’acheter lorsque les gens ne cherchent pas, parce qu’aussitôt qu’ils s’y mettent, les prix fluctuent beaucoup, beaucoup, beaucoup.

Alors, à quel moment les gens sont-ils trop concentrés ailleurs pour chercher? Quand pouvez-vous attaquer? Les mois de décembre et janvier sont parfaits pour acheter, puisque la plupart des gens sont accaparés par Noël, le Jour de l’An, leurs résolutions ou leur énorme facture de carte de crédit gonflée par toutes ces grandes dépenses combinées. Alors, sortez de dessous votre lampe de luminothérapie, regardez autour de vous et ajoutez un autre achat sur votre facture de carte de crédit. Ça ne fera de mal à personne!

Juin et juillet sont également des bons mois pour acheter, puisque les gens sont occupés à prendre du bon temps. Ils sont en vacances dans les Rocheuses. Ils se baladent en canot. Ils font du camping. Ils mangent un bon cornet de crème glacée. Alors que vous, vous êtes à la maison en train de protéger votre teint diaphane du soleil tout en cherchant activement un condo.

Évitez d’acheter en février, mars ou avril, lorsque les condos se vendent à 60 %. Au Québec, un bail expire généralement le 1er juillet. Alors, il arrive que durant ces mois les gens émergent de leur blues hivernal assez longtemps pour réaliser que le mois de juillet arrive à grands pas et qu’ils sont mieux d’embrayer. Les visites et les demandes montent en flèche durant ce temps et vos chances de négocier un prix plus bas sont minces. Les représentants commerciaux offrent une assistance moins approfondie, et sont beaucoup plus de mauvais poil, en raison de leur grande quantité de travail. Alors, surprenez-les avec un bouquet de fleurs en plein cœur du mois de janvier ou une petite valse dans leurs bureaux au mois d’août et vous serez certain d’obtenir un sourire et un rabais.

Économiser de l’argent peut s’avérer être difficile, mais pensez à toutes ces bouteilles vides que vous avez ramassées et apportées au dépanneur… Je vous le dis, petit train va vraiment loin!