Attention, cet article plaira énormément aux acheteurs…mais peut-être moins aux vendeurs ! En effet, j’ai réussi à recueillir pour vous quelques trucs d’experts, faciles et pratiques, qui vous permettront sans doute d’économiser des centaines, voire des milliers de dollars lors de l’achat de votre condo. En bonus : un document à télécharger qui vous permettra de magasiner de manière efficace.

Votre intérêt est piqué ? Tant mieux. Sachez que dans un marché d’acheteur ou de vendeur, il y a toujours place à la négociation. Mais comment s’y prendre pour le faire efficacement ?

La première étape ? Évaluer son budget. Chaque individu a une capacité de payer qui dépend de son salaire, de sa mise de fonds, de sa capacité d’emprunt etc. Ce budget va influencer le quartier visé et, selon le quartier, la marge de négociation diffère. En effet, plus un quartier offre de choix de projets immobiliers, plus il y aura de latitude dans le jeu de la négociation. Par exemple, le quartier Rosemont offre plus de projets que le Plateau Mont-Royal, or la demande est plus forte dans ce dernier quartier. Faites vos calculs.

Le consultant en immobilier Felix Cotte rappelle d’ailleurs que le budget alloué à l’achat d’une habitation doit se situer entre 25 et 40 % du revenu familial brut. Ce chiffre devrait inclure le chauffage, les taxes, les intérêts etc. « Avoir en main un budget élaboré et pré approuvé est la meilleure manière de paraitre sérieux aux yeux du vendeur », souligne Felix Cotte.

Une fois le budget établi et pré-approuvé, le vrai travail commence. On commence donc par visiter les projets qui nous intéressent, en fixant les prix avec le contracteur - taxes incluses. En faisant ces visites, il est primordial d’organiser ses besoins en terme de logement. Je vous propose d’ailleurs l’excellent tableau suivant que vous pourrez remplir préalablement è vos visites, et trimballer avec vous afin de comparer les offres.

Téléchargez le tableau comparatif (PDF)

L’art de présenter une offre

Attention : ne signez jamais une offre d’achat dès la première visite, à moins qu’il s’agisse d’un véritable coup de cœur dans un quartier que vous savez que vous risquez de voir filer entre vos doigts à la vitesse grand V.

Disons que le prix du logement désiré est de 295 000 $, mais que votre limite se situe à 275 000. Rien ne vous empêche de soumettre une offre quand même ! En étant pré-approuvé et en offrant un dépôt généreux, vous pourriez influencer le vendeur. Dans le pire des cas, il vous fera une contre-offre intéressante. Si l’offre ne change pas beaucoup, vous pouvez jouer sur les inclusions. Cela vous permettra tout de même d’économiser de belles sommes tout en satisfaisant le vendeur. Attention : l’acheteur devrait stipuler que son offre est valide pour 24 heures seulement, afin de ne pas ralentir son processus et ainsi perdre d’autres opportunités ailleurs.

Conseils en vrac : les secrets des coulisses

Voici donc quelques confidences recueillies et avérées :

  1. Plus rapidement vous êtes prêt à prendre possession, plus le vendeur sera intéressé à vous faire un meilleur prix.

  2. Vous avez plus de chances d’une négociation fructueuse si le condo est déjà construit et vide. Le contracteur ayant engagé plus de frais, il est plus motivé à vendre.

  3. La majorité des contracteurs doivent pré-vendre entre 40% et 50% des unités avant d’avoir accès à un prêt. Demandez donc combien d’unités sont déjà vendues et sachez que si vous vous approchez de la braquette susmentionnée, le contracteur sera plus tenté d’accorder un bon prix puisqu’il voudra atteindre son quota plus rapidement.

  4. En fin de projet, il est possible d’obtenir des gros rabais sur les unités qui n’ont pas encore été vendues. Il s’agit souvent de propriétés onéreuses, mais le rabais n’en sera que plus gros. Ce sera par exemple des penthouse, avec des rabais allant de 10 à 15 %, ou incluant un stationnement d’une valeur de 40 000 $.

Bonne négociation et bon déménagement!