Acheter une maison neuve n'est pas une mince affaire. Pour plusieurs, ce sera la plus grosse transaction de leur vie. La qualité de sa construction est donc essentielle. Parmi les nombreuses choses à vérifier, nous avons établi un top 10.

1. Le choix du terrain

Il est très important de s'assurer que le terrain ne se trouve pas dans une zone à risque (ex. : zone inondable, sols argileux, zone propice à l'émission de radon, présence d'ocre ferreux). Faire une analyse de sol avant l'achat est donc une bonne idée.

2. L'entrepreneur est-il accrédité à la Garantie de construction résidentielle (GCR)?

Bénéficier de la protection de la GCR constitue un net avantage pour un acheteur. Un entrepreneur accrédité à la GCR est habituellement solvable financièrement. La GCR possède aussi une équipe d'inspecteurs qui visitent les chantiers.

- À lire: La nouvelle garantie obligatoire pour les acheteurs de maisons neuves

Mais attention, tous les bâtiments neufs ne sont pas couverts par la GCR . La Garantie s'applique aux maisons unifamiliales isolées, jumelées ou en rangée; aux bâtiments multifamiliaux de deux à cinq logements non détenus en copropriété divise (duplex, triplex, etc.) et aux immeubles à condos comptant quatre unités superposées ou moins.

3. Faire une «enquête» sur l'entrepreneur

Lorsqu'on achète une voiture, on ne le fait pas à la légère, on devrait faire la même chose pour une propriété. « Scruter à la loupe» l'entrepreneur est donc une bonne idée. Ex. : vérifier si les voisins qui ont acheté une propriété du même constructeur sont satisfaits, vérifier sur le site de la Régie du bâtiment (RBQ) si l'entrepreneur a fait l'objet d'un arbitrage et vérifier si l'entrepreneur a sa licence de la RBQ 1.1.1 ou 1.1.2. À vérifier également:

  • Depuis combien de temps est-il en affaires, combien de projets réussis a-t-il sur sa feuille de route ? (on peut aller les voir, suggère Me Allard et s’informer auprès des copropriétaires sur la qualité de la construction et du service après-vente).
  • Change-t-il souvent de raison sociale ou a-t-il fait l’objet de poursuites ? Pour le savoir consulter le http://jugements.qc.ca
  • A-t-il fait l’objet de plaintes auprès de l’Office de la protection du consommateur ? On le vérifie au http://opc.gouv.qc.ca
  • Le constructeur est-il enregistré auprès de la Régie du bâtiment du Québec ? On consulte le registre des détenteurs de licence au https://www.rbq.gouv.qc.ca
  • Les documents qu’il nous remet sont-ils clairs ? Est-il facile d’obtenir de l’information ?
  • Le personnel du bureau des ventes est-il ouvert et capable de fournir des réponses précises aux questions que l’on pose ?

4. Vérifier l'insonorisation

Lors de l'achat d'une copropriété, tout occupant souhaite avoir l'assurance que les murs mitoyens et les planchers sont bien insonorisés. Pour cela, il est préférable d'opter pour une construction en béton car ce matériau est un bon insonorisant.

- À lire: Insonorisation: quand le bruit nuit à la qualité de vie!

shutterstock_119695942

5. Tenir compte de l'isolation

Le futur acheteur doit s'assurer que la propriété est construite en respectant les normes d'isolation les plus élevées. De cette façon, il ne sautera pas au plafond lorsqu'il recevra ces factures de chauffage. Novoclimat 2 ou la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) ont des exigences élevées à ce sujet.

- À lire: L'efficacité énergétique, c'est important

Pour conserver une bonne qualité de l'air dans une maison étanche, l'acheteur doit voir à ce que le ventilateur récupérateur de chaleur (VRC, obligatoire aujourd'hui) soit de bonne qualité et qu'il maintient une bonne qualité de l'air intérieur.

6. Des bonnes portes et fenêtres

Il faut s'assurer d'avoir de bonnes portes isolantes et insonorisantes et voir à ce que les fenêtres soient installées selon les règles de l'art (ex. : par l'intérieur plutôt que par l'extérieur), que le cadrage soit bien isolé et calfeutré et que l'intérieur du double vitrage contienne une pellicule à faible émissivité (Low E) qui réduira les pertes thermiques.

7. Quel est le code de construction en vigueur?

Les municipalités sont libres d'appliquer sur leur territoire le code de construction qu'elles désirent. Or, l'usage du code le plus récent devrait correspondre à une meilleure qualité de construction.

Chantier de construction (pixabay.com)

8. S'assurer de la qualité des matériaux utilisés

Certains entrepreneurs utilisent des matériaux tape à l'oeil, moins chers, plutôt que des matériaux durables. Il faut être vigilants et vérifier leur qualité et leur durabilité. Par exemple, un comptoir en cuisine en quartz sera plus durable qu'un comptoir en stratifié ou en mélamine, des planchers en bois franc auront aussi une durée plus grande que des planchers flottants.

9. Engager un inspecteur

Pour la durée de la construction, l'acheteur peut engager un inspecteur, de préférence membre d'un ordre professionnel (architecte, ingénieur ou technologue professionnel) car il possède une assurance. Il vérifiera les différentes étapes de la construction et demandera au constructeur de corriger telle chose ou de mettre un isolant plus performant dans les murs, etc.  Le constructeur n'appréciera peut-être pas mais l'acheteur est en droit de le demander

- À lire: Liste d'inspection pour l'extérieur d'une maison neuve

10. Acquérir une propriété certifiée LEED

L'achat d'une propriété certifiée LEED est un peu plus chère (en comparaison avec une propriété ordinaire) mais l'acheteur y gagnera car il habitera dans un bâtiment sain construit avec des matériaux plus durables et il économisera en coûts de chauffage. De plus, il pourrait revendre son bien plus cher.

- À lire: Pour un milieu de vie plus vert

Pour une liste de vérification plus exhaustive, on peut se référer à la liste d'inspection pré-réception de la GCR approuvée par la Régie du bâtiment.

Denière mise à jour: 2017-01-19