Avec une demande en hausse et une offre relativement stable, les conditions de marché se resserreront très légèrement en 2016 et en 2017, mais continueront d’être favorables aux acheteurs, notamment dans le segment des copropriétés, que ce soit sur l’île de Montréal ou dans les banlieues environnantes.

Dans ce contexte, le prix Centris® moyen global continuera, tout comme en 2015, d’afficher des gains annuels modestes (+2 %). En 2017, le prix Centris® moyen sera alors de 353 000 $.

Depuis quelques années au Canada, les emprunteurs bénéficient de taux d’intérêt stables et historiquement bas. Ces conditions propices à l'achat devraient se maintenir en 2016 et permettre de contenir les mensualités d’un emprunt bancaire à des montants parfois comparables au coût d’un logement locatif.

En 2016 et 2017, la SCHL prévoit que la hausse du solde migratoire et la progression du marché de l’emploi, quoique légère, devraient soutenir la demande d’habitations dans la RMR de Montréal, et ce malgré l’absence de croissance du nombre de ménages de moins de 35 ans. Cela dit, il est possible que les taux hypothécaires commencent à augmenter à la fin de l’année 2016.

Bien que le passé ne soit pas garant de l’avenir, l’histoire récente a montré que l’achat d’une maison était un investissement rentable à moyen et long termes. De 149 600 $ en 2003, le prix moyen des habitations sur le marché de la revente au Québec est passé à 271 227 $ en 2014. La valeur moyenne des logements a donc quasiment doublé.

Si on avait investi le même montant dans des obligations du gouvernement canadien, la somme accumulée aurait atteint seulement 238 852 $, soit 32 000 $ de moins. D'autre part, les revenus d’intérêt sont imposables alors qu’un particulier bénéficie d’une exemption sur le gain en capital réalisé au moment de la vente de sa résidence principale...

Une maison, c'est un actif financier

Bref, l’achat d’une habitation est plus qu’un choix de vie : c’est un investissement judicieux offrant une saine diversification. Du reste, lorsqu’on examine les actifs des Québécois, on note que 32 % de la valeur nette des ménages est constituée de l’avoir propre foncier. Selon les données les plus récentes de Statistique Canada, l’ensemble des ménages propriétaires québécois détiennent un avoir net médian de 464 500 $, contre seulement 18 000 $ pour les ménages locataires.

En plus de l’habitation dont jouissent ces propriétaires au cours de leur vie active, la valeur nette accumulée grâce aux investissements faits dans leurs logements représente une importante contribution à leurs finances au moment de la retraite. On estime que la propriété procure aux ménages retraités l’équivalent d’une augmentation du revenu disponible de 10 % à 13 % pour ceux âgés de 60 à 69 ans et de 12 % à 15 % pour ceux de 70 ans et plus.

En 2016 comme par le passé, l'achat d'un bien immobilier constitue irréfutablement un moyen privilégié de se constituer un actif financier… et c’est encore le temps d’acheter!

Vous pensez acheter?

Consultez tous les projets de condos neufs  à vendre au Québec

Et tous les projets de maisons neuves à vendre au Québec



Sources : SCHL et APCHQ

Image du projet: District Griffin