En 2012, Charles-Antoine Gosselin et Simon Gervais-Boyer se sont donné pour mission de construire de petits projets à coût abordable sans faire de compromis sur la qualité. Trois ans plus tard, cette approche leur a permis de se démarquer sur le marché et leur a valu quelques prix.

C'est dans les bureaux de KnightsBridge, dans le quartier de la Petite Patrie, que Charles-Antoine Gosselin, cofondateur de l'entreprise, reçoit Guide Habitation. L’édifice, au style sobre et élégant, est aussi le premier projet qu'a réalisé le promoteur, il y a un peu plus de trois ans. Un immeuble de quatre unités à l'image des projets du promoteur.

Dès la naissance de l'entreprise, le duo Gosselin et Boyer a rapidement ciblé son créneau: de petits projet de 4 à 12 unités, construits «verts  et écoresponsables» avec l'objectif d'obtenir la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) Or ou Platine pour chaque projet.

Certes, cette certification accroît le coût de construction en comparaison à un projet équivalent non LEED, mais elle coûte moins cher au final en entretien et en coûts de chauffage selon M. Gosselin.

Une réputation enviable

Les 70 unités construites jusqu'à maintenant se sont bien vendues car, selon M. Gosselin, il y a une réelle demande pour des unités vertes, certifiées LEED. Le cofondateur croit aussi que l'entreprise a acquis une bonne réputation, ce qui aide à la vente.

En 2014 et en 2015, le promoteur a entre autres remporté le trophée Domus du meilleur rapport qualité/prix dans la catégorie copropriété, pour la tranche entre 250 000$ et 500 000$ (prix de vente des unités). Cette année, KnightsBridge est en nomination pour cinq Domus dont celui du constructeur de l'année. La remise des prix aura lieu en février 2016.

Montréal avant tout

De 2012 à 2015, 15 projets totalisant 70 unités ont été réalisés, et vendus. Les affaires semblent bien aller puisqu'au terme de l'année 2016, 70 unités seront disponibles pour les acheteurs.

KnightsBridge souhaite par ailleurs continuer à construire dans les quartiers centraux de Montréal, «car cela facilite la gestion des projets», dit M. Gosselin. Le promoteur aimerait aussi réaliser des projets plus gros, jusqu'à 20 unités et plus, et ainsi profiter des économies d'échelle.

Une ambition bien ciblée

Les projets réalisés jusqu'ici ont quelque chose d'original et d'unique. «Tous nos projets sont haut de gamme, mais offerts à prix raisonnable (entre 190 000 et 700 000$ pour des superficies variant de 500 à 1 800 pieds carrés) et ils sont tous certifiés LEED», dit le promoteur.

KnightsBridge entend aller plus loin dans cette voie et pourrait concevoir des projets LEED pour d'autres promoteurs, en collaboration avec son partenaire Core Construction. «Nous souhaitons partager l'expertise que nous avons acquise dans le domaine de la construction écologique», dit M. Gosselin.

En fait, l’entreprise ne vise pas à devenir le plus gros promoteur, ou le plus écolo... «On veut être le promoteur le plus réputé de Montréal», conclut M. Gosselin.

Photo: Projet Adhoc